Livraison gratuite en France métropolitaine dès 150€ d’achat. 


La camaraderie

Pour la faire courte on est 4 copains passionnés par le vin, on en a goûté plein, adoré certains, d’autres un peu moins, mais la critique c’est facile. Alors on a voulu aller au cœur du produit en mettant les mains dans le cambouis on s’est jeté à l’eau et c’est ainsi que Dema est né.

Nos 4 premières cuvées

Dans cette équipe de 4 gars, il faut un peu de parité donc on a commencé avec 2 blancs et 2 rouges, 2 Bourgogne et 2 Beaujolais, 2 Gamay et… 1 Chardonnay et 1 Aligoté. L’esprit est le même pour ces 4 vins gourmands et équilibrés qui n’attendent qu’une chose : être dégustés et partagés.

Explications pour aller plus loin

Avant toute chose, servez-vous un verre de DEMA, et installez-vous dans un endroit confortable. Prêts ? Alors c’est parti !

Comment faire un bon vin? Vaste question.

 

Pour y répondre, certains ont de grands noms en tête, d’autres des bouteilles aux prix mirobolants… Pour nous ce n’est pas synonyme de prix élevé ou de complexité, seulement d’émotion. 

 

Plus facile à dire qu’à faire ! Pour retrouver cette émotion dans le verre beaucoup de connues et d’inconnues entrent en jeu.

Derrière ce nom mystique tout droit sorti de la forêt de Brocéliande se cache un principe simple : un groupe de parcelles agricoles (des champs en gros, en l’occurrence avec des vignes plantées) qui sont dans la même région et utilisent les mêmes techniques viticoles. Vous visualisez ? 

Ce qui nous intéresse dans ces parcelles c’est la composition du sol. Les vignes produisent des raisins très différents en fonction du sol dans lequel elles se nourrissent. L’argile, le calcaire, les sols marneux ou crayeux auront des impacts gigantesques sur le raisin et donc sur le vin. Bien entendu il faut éviter les intrants et autres produits qui rendent les grappes sans âme. 

Pour ce qui est de nos vins, on a fait des vins qui reflètent le caractère de ces terroirs, ce qui les rend unique.

Remettons tout de suite les pendules à l’heure, les vignerons ne sont pas seulement là lors de la transformation du jus en vin. Cette étape n’est que la partie émergée de l’iceberg viticole. 

Pour arriver au produit fini il faut planter ses vignes (pied par pied, enlever les gros cailloux, parfois dans des pentes raides), s’assurer qu’elles soient bien installées et les bichonner comme il faut. Ça veut dire entre-autres : les tailler, s’assurer qu’elles ne soient pas attaquées par des bestioles ou maladies, les protéger de fortes chaleurs et des grands froids (merci le changement climatique) et les nourrir correctement. 

Ensuite on vendange (on récolte le raisin généralement en septembre). Au-delà de l’ambiance unique (à faire au moins une fois dans sa vie, on ne peut que vous le recommander), le travail de la journée, la hotte sur le dos pour récolter le fruit des efforts de l’année (vous noterez le jeu de mots) se termine autour d’une grand tablée bien arrosée. 

Une fois récolté, le raisin va passer par de nombreuses d’étapes pour être transformé en vin (on vous détaille la vinification et l’élevage plus bas pour les geeks), toutes sous la responsabilité du vigneron. Une seule erreur et c’est le travail de plusieurs mois ou années qui est à jeter, quel stress !

Quelques mois plus tard, le vin est enfin prêt à être embouteillé, bouché, étiqueté et distribué. Quels efforts pour vous proposer un vin de qualité ! On trouve important de mettre en lumière toutes les étapes qui rendent ce métier passionnant, et par là même valoriser le travail de tous les vignerons. Santé !

C’est tout le processus de transformation du moût de raisin en vin. 

On commence par vérifier que les grappes sont en bonne santé, pour pouvoir les érafler, les fouler et les pressurer en  jus.

Attention spoiler : les vins blancs et rouges ne sont pas vinifiés de la même manière. La vinification intervient après le pressurage pour les vins blancs et après le foulage pour les vins rouges (dans la grande majorité des cas, on vous voit venir les geeks avec vos macérations carboniques et préfermentaires).

 

C’est bon, vous avez extrait votre jus de raisin, maintenant il faut le transformer en vin. La cuvaison va vous permettre de vous approcher du graal. C’est une période sous tension, car en l’espace de 5 à 20 jours vous allez obtenir de l’alcool, une palette  aromatique et potentiellement des défauts ! Comme les recettes de grand-mère, l’art de la cuvaison est propre à chaque vigneron et aucun ne vous dévoilera  sa tambouille exacte, une seule chose est sûre : elles sont toutes uniques ! 

 

On termine par extraire le vin de la cuve (décuvage) pour arriver à la dernière étape : l’élevage.

Pour celles et ceux qui imaginent des cours de dressage de bouteilles vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’au coude mais on applaudit votre imagination.

L’élevage c’est la dernière étape avant la mise en bouteille. On met le vin des cuves inox, béton ou dans des barriques (des tonneaux en somme) et on les y laisse un temps.

Pour quoi faire me direz-vous ?

Ce n’est pas une étape obligatoire, mais elle permet de purifier le vin, lui conférer des arômes supplémentaires et compléter sa structure (notamment une partie des tanins – c’est la sensation que vous avez quand vous croquez dans un pépin de raisin). 

L’échange avec le bois a souvent été décrié car trop utilisé mais notre conviction est simple : il ne faut pas qu’il supplante le goût du vin mais plutôt qu’il le serve de tuteur pour grandir sereinement.

 

 

La Camaraderie

 

Notre approche du métier, vous l’aurez compris, est de mettre les mains dans le raisin,  d’apporter aux copains les meilleures bouteilles au juste prix en valorisant des terroirs qu’on adore. 

On échange toute l’année avec des femmes et des hommes qu’on adore, dans des appellations qu’on porte dans nos cœurs et qu’on veut absolument vous faire déguster. on s’assure que vous ayez entre les mains la meilleure expression d’un terroir dans un bon vin.

 

Tous nos vins sont créés dans le seul objectif de partager un beau moment autour d’un apéro ou d’un repas, parce que c’est ça la vie. Sortez vos plus belles entrecôtes, un comté, de la charcuterie, des huîtres, un brie au truffe que diable ! 

 

Faites-vous plaisir et on vous assure que nos vins vous accompagneront pas à pas sur la voie des belles émotions et de la grande table !

 

A l’attaque

 

Si vous êtes arrivés à nous lire jusque-là vous avez du temps libre, très bien ! Pour vous récompenser vous trouverez ci-dessous quelques engagements et surprises pour la suite en avant-première.

 

On vous assure que vous allez continuer d’avoir accès à nos cuvées signatures déjà proposées, tous les ans, avec une qualité aussi constante que notre boulot pour les rendre exceptionnelles. 

 

Vous allez retrouver un super rosé pour l’été. Pas le rosé qui fait mal à la tête et buvable sous condition d’y mettre des glaçons, non ! On vous prépare un super vin fruité et équilibré, marre de boire de la piquette l’été !

 

Vous vous doutez qu’on ne va pas se contenter de vous faire découvrir les terroirs déjà dans les tiroirs (pas facile à dire vite ça) ! On va vous faire découvrir la meilleure expression de nouvelles appellations, de nouvelles émotions, et vous faire vivre de nombreux bons moments dans les années qui viennent. Pour être sûr de ne rien rater suivez nous sur Instagram !

 

Pas la peine d’en rajouter, la vérité est dans le verre (de DEMA) : santé !